Close

Le jeûne : quels bienfaits pour qui ?

Avant de plonger dans le pourquoi, le comment et le parce que du jeûne, accepteriez-vous de vous soumettre à petit quizz ? Pas de question piège promis !


-A quand remonte votre dernier repas ?

-Combien de temps pensez-vous pouvoir tenir jusqu’au prochain ?

-Vous arrive-t-il de sauter (volontairement) un ou plusieurs repas par jour ?


Eh oui, force est de constater que pour plusieurs, les journées à rallonges, entre le travail, la famille, les loisirs … nous conduisent souvent à jeûner “ à l’insu de notre plein gré”.

S’imposer intentionnellement des privations relativement longues, avec en prime les sautes d’humeur susceptibles d’accompagner celles-ci, peut paraître… curieux, soit.

Mais si cette habitude vieille de plusieurs milliers d’années continue de faire des adeptes aujourd’hui c’est bien qu’elle présente quelques bénéfices, ne pensez-vous pas ?


Défini comme l’abstinence de nourriture et (ou) de boissons pendant une période définie (et à distinguer du jeûne intermittent durant lequel les périodes de jeûne succèdent à une alimentation normale durant plusieurs heures voire plusieurs jours à la fois), le jeûne se pratique aujourd’hui de différentes façons.

Des motivations diverses (conviction religieuse, perte de poids,…) animent les partisans de cette pratique qui, après avoir survécu à l’arrivée du fast Food, à la révolution Vegan, et à la cuisine moléculaire, a réussi à se faire une place dans le monde médical et continue de surprendre par ses nombreux bienfaits pour la santé. Mais ces bienfaits, quels sont-ils ?

1. Le jeûne améliore les niveaux de Triglycérides et de Cholestérol ainsi que la valeur de la pression artérielle

En effet, une étude réalisée sur un échantillon de 110 adultes obèses a montré une diminution de la pression artérielle, ainsi que des quantités de triglycérides, de cholestérol total et de mauvais cholestérol, à la suite d’un jeûne de 3 semaines sous supervision médicale.

2. Le jeûne booste les capacités cognitives ?

Avez-vous déjà remarqué combien il est difficile de se concentrer sur une tâche complexe à la suite d’un bon repas ? Le cerveau fonctionne beaucoup mieux en période de jeûne car le foie produit alors des corps cétoniques à partir des graisses, lesquels peuvent assurer jusqu’à 60% des besoins énergétiques du cerveau, et produire davantage d’énergie que le glucose.

Par ailleurs, le jeûne favorise la production d’une protéine, le facteur neurotrophique issu du cerveau (Brain-Derived Neurotrophic Factor), qui joue un rôle déterminant dans les mécanismes de genèse des cellules nerveuses, d’apprentissage, et de mémorisation.

3. Le jeûne aiderait à prévenir des affections neurodégénératives

Certaines études suggèrent que le jeûne contribuerait à améliorer la fonction cérébrale et à prévenir les maladies d’Alzheimer et de Parkinson. En effet, les cétones produites pendant les périodes de jeûne pourraient favoriser le traitement de maladies caractérisées par des phénomènes de neurotoxicité.

4. Le jeûne facilite la régulation du glucose sanguin en réduisant la résistance à l’insuline

Bien que les résultats observés diffèrent selon le sexe des sujets, le jeûne intermittent et le jeûne alterné permettraient de diminuer la quantité de glucose dans le sang ainsi que la résistance de l’organisme à l’insuline et donc la sensibilité du corps à cette hormone.

5. Le jeûne aide à lutter contre les inflammations

Il permettrait notamment de réduire certains marqueurs de l’inflammation, contribuant ainsi au traitement  de maladies telles que la sclérose en plaques, où le phénomène d’inflammation est exacerbé.

En dépit de ses nombreux atouts, la pratique du jeûne n’est pas adaptée dans tous les cas. Pour les seniors, les adolescents, et les personnes ayant des problèmes de santé particuliers (diabète, hypertension, maladies cardiaques…), il est conseillé d’en discuter au préalable avec son médecin.


A très vite pour un nouveau point Santé avec Susu !

Cet article vous a plu ? N’hésitez-pas à le partager !

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Découvrez aussi…

Comment dit-on chez vous ?

Comment dit-on chez vous ? Dans plusieurs pays d’Afrique francophone la langue de Molière se parle de façon… différente. Non, ce n’est pas une question

Voir plus >

Me contacter