Close

Cuisiner Africain sans cube Maggi, c'est possible ?

Si vous êtes adeptes de cuisine exotique, vous y avez forcément déjà goûté. Combien de fois avez-vous observé votre maman alors qu’elle distillait d’une main habile cette poudre “magique” dans la casserole en préparant le repas ? Vous souvenez-vous de cette sauce au goût particulier qui s’est frayée un chemin vers la table familiale où elle était en perpétuelle compétition avec le sel et le poivre ?

Eh oui ! il s’agit bien du célèbre bouillon de cube ou de l’arôme Maggi, un condiment particulièrement prisé des foyers africains.

Pour la petite histoire...

Aujourd’hui commercialisé par Nestlé le bouillon de cube Maggi a été créé par Julius Maggi au XIXe siècle. Le fondateur de cette marque rachetée par Nestlé en 1947 avait alors pour ambition de commercialiser des produits alimentaires abordables permettant de limiter le temps nécessaire à la préparation des repas. Il présente donc en 1886 l’arôme Maggi, un bouillon liquide concentré qui sera le principal ingrédient de ses bouillons, soupes et sauces. Si le cube de bouillon commercialisé depuis 1908 reste le produit phare de la maison Maggi, le condiment est toujours vendu aujourd’hui sous forme d’arôme liquide.

Comment ce petit cube de tout juste 4 grammes, s’est il imposé dans la gastronomique Africaine ?

Arrivés sur le continent africain à la suite du traité de Berlin de 1885, les cubes Maggi ont dû être importés jusqu’en 1979. Aujourd’hui, la marque assure l’approvisionnement local grâce à ses onze usines produisant jusqu’à 100 millions de tonnes par chaque jour. Dakar, Douala, Brazzaville ou encore Abidjan abritent des points de production stratégiques sur le continent où les plus gros marchés seraient le Nigéria et la Côte d’Ivoire, qui possède par ailleurs un centre de Recherche et développement.

Vendu à un prix abordable, le bouillon de cube Maggi est apprécié pour son aptitude à relever le goût des autres aliments et à faire ressortir rapidement les saveurs souhaitées. Fabriqué à partir de plusieurs éléments, il aurait une composition différente selon les pays. Au cameroun par exemple, celui fabriqué par l’usine Nestlé de Bonabéri(Douala) comprend clou Girofle, oignon, poivre, extraits naturels d’ail, huile de palme et sel. En revanche, les bouillons disponibles sur les marchés ghanéens et nigérians auraient respectivement un goût de crevettes et de graines de soja. Avec sa recette adaptée aux habitudes alimentaires locales, on comprend aisément pourquoi ce bouillon se marie parfaitement avec les plats du terroir, tant et si bien qu’il semble devenu indispensable à la préparation de certains.

Pourquoi avons-nous tant de mal à nous en passer ?

Le cube de bouillon Maggi contient un additif : le glutamate de sodium(GMS ou encore E621), un exhausteur de goût dérivé du glutamate un acide aminé naturellement présent dans notre corps.

Le saviez-vous ? 

Découvert par le professeur Kikunae Ikeda en 1908, le GMS est produit en grande quantité essentiellement pour les besoins de l’industrie agro alimentaire(1,5 million de tonnes/an).

Si ce composé au nom barbare vous semble sorti d’une planète très éloignée de la terre et de votre assiette, sachez qu’on le retrouve dans plusieurs plats cuisinés, chips, mélanges d’épices, soupes en conserve ou déshydratées … ainsi que dans certains aliments à l’état naturel (fromage, maïs, petits pois…).

En raison de son aptitude à ouvrir l’appétit du consommateur chez lequel il peut générer un comportement presque addictif, le GMS est largement utilisé en agro alimentaire, notamment dans la cuisine asiatique. Son goût caractéristique, le goût « umami », est parfaitement identifiable par nos papilles gustatives au même titre que les goûts sucré, salé, ou encore amer.

À consommer avec modération donc ?

Afin d’obtenir l’effet attendu à savoir des plats aux saveurs arrondies et équilibrées, les cubes de bouillons doivent être utilisés en quantités raisonnables, surtout dans les plats qui contiennent déjà du sel. En effet, bien que leur composition soit enrichie en fer depuis 2011 pour lutter contre l’anémie (selon Henri-Pierre Lenoble, chargé de la stratégie nutritionnelle de la marque), les bouillons de cubes Maggi ont fait l’objet de nombreuses controverses ces dernières années.

En cause, leur teneur en sel et le GMS, auxquels plusieurs attribuent la responsabilité de l’augmentation des risques d’hypertension artérielle et du développement de maladies cardio-vasculaires.

Outre le syndrome du “restaurant chinois”observé chez les personnes sensibles (maux de tête, manque de sensations dans la nuque, courbatures, nausée, sensations de brûlure et douleurs cardio-vasculaires), le GMS est également soupçonné d’avoir un effet néfaste sur les cellules nerveuses du cerveau.

Et si tout n’était qu’une question d’équilibre ?

Sachant que la consommation de sel journalière conseillée par l’OMS devrait être inférieure à 5 grammes chez l’adulte, et qu’un bouillon de cube Maggi en contient 2,4 grammes à lui tout seul, il est préférable de ne pas les utiliser conjointement pour l’assaisonnement de nos plats.

                                                                                          Le saviez-vous ? 

D’après l’OMS, on pourrait sauver 1,7 million de vies par an simplement en    réduisant la consommation à moins de 5 grammes par jour.D

Selon l’OMS, la majorité des gens ont des apports excessifs en sodium à cause de la consommation de sel (en moyenne 9 grammes à 12 grammes de sel par jour) et des apports insuffisants en potassium (moins de 3,5 grammes) ce qui constitue un terrain favorable à l’hypertension artérielle qui, elle‑même, favorise le risque de cardiopathies et d’accident vasculaire cérébral.

Pour autant, pas question de faire l’impasse sur le goût !

Vivant à l’étranger, vous appréciez d’autant plus l’odeur appétissante et le goût incomparable de bons plats du terroir faits maison. La cuisine Africaine est riche de la ribambelle d’épices qui font la fierté du continent, alors pourquoi ne pas en tirer parti et simplement oser les épices pour booster la saveur des plats ?

Alors à vos fourneaux ! Pour continuer à bien manger tout en prenant soin de votre santé, embarquez prochainement à la découverte du continent au travers notre magazine de cuisine africaine, un concentré de recettes inédites à la fois diététiques et savoureuses.

Cet article vous a plus ? N’hésitez pas à le partager 

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Découvrez aussi…

Comment dit-on chez vous ?

Comment dit-on chez vous ? Dans plusieurs pays d’Afrique francophone la langue de Molière se parle de façon… différente. Non, ce n’est pas une question

Voir plus >

Me contacter